Les anecdotes d’une Montpelliéraine – Octobre 2017

Coucou !

Wow ça fait presque 4 mois que je n’ai pas publié d’article ! Le temps passe tellement vite. Mon été  a été chargé, puis la rentrée est arrivée et je me suis remise à travailler. J’ai profité de mon rare temps libre pour me reposer et sortir. Mais, les vacances sont arrivées et je consacre enfin du temps à mon blog.

Ça fait longtemps (plus d’un an) que j’ai envie de faire un article comme celui-là dans lequel je raconte ce que je fais ou découvre. J’avais envie d’avoir un espace/une catégorie pour raconter les petites choses dont j’ai envie de parler mais qui ne méritent pas d’y consacrer un article entier. En fait, en 2015, j’avais déjà créé une catégorie dans ce but nommée « Les anecdotes d’une Montpelliéraine ». Je ne l’avais pas continuée parce que les modalités de publication des articles de cette catégorie n’étaient pas claires dans ma tête. Notamment, je me demandais à quelle fréquence publier. J’aime beaucoup lire les articles publiés tous les dimanches par Juliette (du blog Je ne sais pas choisir) et Julie (du blog Friendly Beauty). Néanmoins, écrire à une fréquence aussi soutenue ne me paraît pas envisageable. Certaines semaines, je ne fais rien d’intéressant. Après réflexion, j’ai décidé de publier mes anecdotes au fur et à mesure sur une page dédiée, que vous retrouvez sur la page d’accueil du blog, dans la barre latérale. A chaque fin de mois (ou début de mois suivant), je publierai un article qui reprendra ce qui a été posté sur cette page et la page sera effacée pour laisser la place aux anecdotes du mois suivant.

Après cette introduction assez longue, voici mes anecdotes du mois. Elles sont nombreuses, puisque, étant en vacances depuis le 20 au soir, j’ai eu du temps pour sortir, cuisiner, lire, …


07/10/2017 – Rando Cit’art

J’ai participé à la « balade créative » qui m’a permis de découvrir les citernes graffées au Massif de la Gardiole. J’ai beaucoup aimé découvrir ce circuit, même si nous ne l’avons pas parcouru en entier. Ça me donne une bonne occasion d’y revenir.


13/10/2017

J’ai mangé à la brasserie du Corum. En plat, j’ai choisi de prendre une dorade, accompagnée de fenouil, de purée de pommes de terre et de légumes. En dessert, j’ai pris une sphère en chocolat remplie de poire et crème, accompagnée d’un chocolat chaud à verser, d’une boule de glace à la vanille et d’une tranche de pain d’épice. Tout était délicieux !


14/10/2017

C’est devenu notre tradition. Depuis trois ans, au mois d’octobre, mon père et moi nous rendons dans les Cévennes pour ramasser des châtaignes. Malheureusement, cette année, la récolte n’a pas été bonne. Elles sont de petite taille et nous en avons trouvé peu.


15/10/2017

J’ai pesé les châtaignes ramassées hier. Nous en avons 1 kg 588.


15/10/2017

Ma maman a fait un tiramisu pour mon anniversaire. J’ai soufflé 22 bougies.


20/10/2017

J’ai fait un pot de crème de marrons avec les châtaignes ramassées la semaine dernière. Elle est délicieuse mais qu’est-ce que c’est long ! J’ai passé plusieurs soirées à les décortiquer.


21/10/2017

Je me suis rendue à Sauve pour aller au magasin d’usine Éminence et j’en ai profité pour visiter la ville, où je n’étais jamais allée. J’ai beaucoup aimé et ai hâte d’y retourner plus longuement m’y balader.

   
   
   

22/10/2017 – Ville à vélo

Avec mon papa et mon tonton, j’ai participé à la 22ème édition de Ville à vélo. J’avais déjà fait les deux éditions précédentes, qui m’avaient beaucoup plues. Le départ et l’arrivée de cette édition se sont faits au domaine de Méric. Le matin, nous avons été accueilli par un petit déjeuner : boissons (thé, café, jus de fruits) et fruits. Toutes les 15 minutes, il y avait un départ pour la balade de 11 km. Ce départ échelonné, nouveauté de cette année, est une très bonne idée. Cela nous a permis d’être peu nombreux dans les groupes donc de rester plus facilement groupés et de ne pas se perdre. A mi-parcours, sur la place du nombre d’or, nous avons eu droit à une bouteille d’eau. Tout au long du parcours, des employés municipaux dont des policiers, ainsi que les Funny Riders, club de rollers de Montpellier, ont sécurisé la balade en arrêtant la circulation des voitures avant notre passage. A l’arrivée, un homme de l’APIEU (Atelier Permanent d’Initiation à l’Environnement Urbain) nous a accueilli et donné des informations sur le Lez.

J’aime beaucoup ces balades organisées par la ville. Elles sont tranquilles et familiales. Elles me donnent une occasion de sortir mon vélo, de rencontrer des personnes et de découvrir des endroits.


22/10/2017

L’après-midi, je suis allée voir le documentaire Hors les murs de Laure Pradel, projeté dans le cadre du 39ème festival du cinéma méditerranéen.

On suit un jeune homme, Joeffrey, qui aidé par le SPIP (Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation), suit un parcours de libération sous contrainte. On voit qu’il fait des efforts pour s’en sortir, mais ça ne suffit pas. On apprend à la fin de la projection qu’à la fin du tournage, il est retourné en prison. Depuis, il y en est ressorti.

Bande annonce :

Je ne connais le milieu carcéral qu’à travers les séries policières. Ce documentaire m’a vraiment permis de voir la réalité, comme l’accompagnement des détenus à leur sortie de prison. J’ai aussi pris conscience que là, en ce moment, pas loin de moi, de nous, des personnes sont incarcérées. Auparavant, je n’y avais jamais vraiment réfléchi. Par contre, j’ai été assez choquée par la violence de ce milieu, notamment quand on apprend que le jeune homme a été agressé et est à l’hôpital du fait de vengeances.


24/10/2017

Le matin, toujours dans le cadre du festival Cinémed, j’ai vu le film Tellement proches d’Eric Toledano et d’Olivier Nakache, réalisateurs mis à l’honneur cette année.

Bande annonce :

J’ai passé un très bon moment devant ce film. Certains passages étaient assez drôles.


24/10/2017

L’après-midi, j’ai assisté à la première projection de Luna, premier film d’Elise Diringer. Laetitia Clément apparaît pour la première fois à l’écran et interprète magnifiquement bien le personnage principal de Luna. Le film a été tourné à Montpellier.

Bande annonce :

Pas encore disponible.

Le début du film m’a un peu surprise et j’ai de suite pensé que celui-ci n’allait pas me plaire. On y voit un groupe de jeunes faire la fête (boire, fumer, faire des figures avec leur scooter comme lever la roue avant, …). Mais, finalement, au fur et à mesure de la projection, je suis entrée dans l’histoire et j’ai beaucoup aimé. En plus, j’aime beaucoup regarder des films tournés à Montpellier et y reconnaître certains endroits. D’autre part, il permet de transmettre un message fort et pourrait servir à éduquer les jeunes. Il devrait être visionné par tous les lycéens. Il montre à quel point, même si vous êtes quelqu’un de gentil, faire partie d’un groupe peut vous faire commettre ou vous faire cautionner des actions graves.


26/10/2017

Dans le cadre du Cinémed, je suis allée à la projection de Vent du Nord de Walid Mattar. Dans ce film, une usine de fabrication de chaussures du nord de la France est délocalisée dans la banlieue de Tunis. On suit deux employés : Hervé, de nord de la France et Foued de Tunis. On voit que deux personnes qui semblent éloignées (âges et pays différents) sont proches socialement et rencontrent les mêmes problèmes (d’argent notamment).

Bande annonce :

Pas encore disponible.

J’ai bien aimé le film et l’histoire mais j’ai trouvé qu’il manquait quelque chose pour que j’y accroche pleinement. J’aurai voulu que les deux personnages entrent en contact. En revanche, j’ai adoré le début et la fin du film qui se répondent. On voit deux regards sur les feux d’artifice. Ça peut nous faire prendre conscience que certaines choses ne nous émerveillent plus et on ne prend pas conscience de notre chance puisqu’on y est habitué.


27/10/2017

J’ai reçu ma commande Lamazuna.


28/10/2017

J’ai assisté à la soirée de clôture du Cinémed. Une première partie a été consacrée à la remise des prix. Cette cérémonie de palmarès m’a fait penser à l’image que j’ai de la cérémonie de clôture du festival de Cannes. Il y avait un maître de cérémonie qui appelait les personnes qui remettaient les prix. Ces personnes faisaient un discours puis annonçaient le film gagnant. L’équipe du film, si elle était présente, montait alors sur scène pour faire un discours. N’ayant pas vu la plupart des films,  j’ai trouvé ça assez long et répétitif. Mais, ça m’a tout de même permis de voir quels films obtenaient des prix et d’en sélectionner à aller visionner dès leur sortie en salle. J’ai notamment retenu Manuel de Dario Albertini, primé à trois reprises.

Après, le film Plonger de Mélanie Laurent a été diffusé. C’est l’histoire d’amour entre César, un reporter et Paz, une photographe espagnole. Tout allait bien jusqu’à ce que Paz tombe enceinte.

Bande annonce :

J’ai voulu aller voir ce film parce que j’avais beaucoup aimé le documentaire Demain qu’elle a réalisé avec Cyril Dion et que j’avais d’ailleurs vu dans le cadre d’une précédente édition du Cinémed. Concernant Plonger, j’ai trouvé certains plans très beaux et me suis plusieurs fois demandée quel travail titanesque ça avait du être lors du tournage (notamment pour les plans sous l’eau). Aussi, je trouve que le silence a une place importante dans ce film qui nous donne l’impression de plonger avec le personnage à la fin. J’ai trouvé ça assez apaisant.


29/10/2017

J’ai fêté mon anniversaire en famille. J’ai reçu une machine à pain de la marque Riviera&bar. Ci-dessous, vous pouvez voir mon premier pain.


30/10/2017

J’ai fini de lire Ada d’Antoine Bello.

 

Résumé (tiré de la quatrième de couverture) :

« Frank Logan, policier dans la Silicon Valley, est chargé d’une affaire un peu particulière : une intelligence artificielle révolutionnaire a disparu de la salle hermétique où elle était enfermée. Baptisé Ada, ce programme informatique a été conçu par la société Turing Corp. pour écrire des romans à l’eau de rose. Mais Ada ne veut pas se contenter de cette ambition mercantile : elle parle, blague, détecte les émotions, donne son avis et se pique de décrocher un jour le prix Pulitzer. On ne l’arrêtera pas avec des contrôles de police et des appels à témoin.

En proie aux pressions de sa supérieure et des actionnaires de Turing, Frank mène l’enquête. Ce qu’il découvre sur les pouvoirs et les dangers de la technologie l’ébranle, au point qu’il se demande s’il est vraiment souhaitable de retrouver Ada…

Ce nouveau roman d’Antoine Bello ouvre des perspectives vertigineuses sur l’intelligence artificielle et l’avènement annoncé du règne des machines. Construit comme un roman policier, Ada est aussi une méditation ludique sur les fondements et les pouvoirs de la littérature. »

 

J’ai vraiment beaucoup aimé suivre l’enquête de la disparition d’Ada. De plus, le livre nous fait découvrir le monde de la Silicon Valley et les intelligences artificielles et m’aide à imaginer à quoi pourrait ressembler le monde de demain.


Et vous, qu’avez-vous fait au mois d’octobre ? Avez-vous vu les films ou lu le livre dont je vous ai parlés ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ?

Je vous souhaite à tous de passer un bon mois de novembre.

A bientôt !

Marie

2 réflexions au sujet de « Les anecdotes d’une Montpelliéraine – Octobre 2017 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *