[MONTPELLIER] : Festival des Architectures Vives 2015

Coucou,

Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous parler du dixième Festival des Architectures Vives (FAV) qui a eu lieu à Montpellier du dix au quatorze juin. Dans des hôtels particuliers du centre-ville, dix équipes de jeunes architectes ont réalisé des architectures éphémères. Dans cet article, je vous parle des cinq oeuvres que j’ai photographiées.

 

1- Cloudscape réalisé par Sebastian ERNST, Martin TESSARZ, Jonas TRATZ et Sebastian KERN de l’agence FAKT.

Le Cloudscape est un nuage. Il devait être accroché en hauteur, mais pour des raisons de sécurité, et afin qu’il y ait plus d’interactions avec les visiteurs, il a été accroché plus bas. En effet, on peut ainsi le regarder de divers points de vues (dessus, dedans, dessous). Cette création est intéressante car en fonction du temps qu’il fait, l’oeuvre se découvre de façon diverses. S’il fait beau, les rayons du soleil passeront à travers le nuage pour créer des ombres au sol. S’il pleut, les gouttes de pluie taperont le nuage et créeront un son. S’il fait gris, les nuages se refléteront sur l’oeuvre. J’ai beaucoup aimé, et je pense que l’étudiante nous ayant expliqué l’oeuvre y est pour beaucoup. Sans son discours, l’oeuvre aurait eu moins de sens et paru moins riche.

cloudscape-1 cloudscape-2

 

2 – Panta Rei réalisé par Josseran CROCHET.

Panta Rei permet de découvrir la cour d’un autre point de vue (à travers le reflet). Au moment de la visite, je n’ai pas trop accroché avec cette création. D’autant plus qu’une des oeuvres suivantes (The Goldfish) était aussi centrée sur les reflets.

panta-rei

 

3 – The Goldfish réalisé par Julien PLESSIS et Claire DUSONCHET. PRIX DU PUBLIC.

The Goldfish invite à méditer et à rêver. Ce poisson d’or, de même que l’oeuvre précédente, permet de voir la cour autrement. Des carpes façon origami sont présentes dans cet étang doré. Quand on s’approchait, on avait l’impression de tomber dans le vide ! C’était assez effrayant, mais j’ai beaucoup aimé !

the-goldfish-1the-goldfish-2 the-goldfish-3

 

4 – Un dixième printemps réalisé par Margot RODOT, Mickaël MARTIN et Benoît TASTET. PRIX DU JURY.

Cette oeuvre symbolise le printemps. Les couleurs rosées rappellent les fleurs de cerisiers du Japon et les ballons gonflés à l’hélium, l’éphémérité du printemps. J’ai adoré cette ambiance festive et printanière !

un-dixieme-printemps-1 un-dixieme-printemps-2 un-dixieme-printemps-3

 

5 – Entre-temps réalisé par Clémence DURUPT et Gabrielle VINSON.

Tous les matins, la cour est cachée par un plafond de sacs de confettis. Au fur et à mesure que les visiteurs arrivent, ils tirent des ficelles, qui ouvrent les sacs de confettis. Celles-ci leurs tombent dessus, ce qui donne une ambiance festive à l’oeuvre, faite pour célébration le dixième anniversaire du festival. La cour apparaît peu à peu. Y étant allé le soir, toutes les confettis étaient au sol. C’était quand même joli et festif. J’ai bien aimé !

entre-temps entre-temps-2

 

J’ai beaucoup aimé ce festival qui m’a permis de parcourir la ville pour découvrir ces oeuvres belles et originales, ainsi que de magnifiques cours d’hôtels particuliers.

 

J’espère que cet article vous a plu. N’hésitez pas à le partager et à donner votre avis dans les commentaires !

On se retrouve demain. Je vous parlerai de la troisième édition du Festival des Architectures Vives à la Grande-Motte.

Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *