Archives de catégorie : Berlin

[BERLIN] : Le mur

Coucou,

J’espère que vous allez bien. On se retrouve aujourd’hui avec le sixième article sur Berlin, dans lequel je vais vous parler du mur de Berlin.

1945 sonne la fin de la seconde guerre mondiale. L’Allemagne est vaincue. Les Alliés se partagent le pays. L’ouest est occupé par les anglais, les français et les américains, tandis que l’est est contrôlé par les soviétiques. Berlin se situe à l’est et est séparée de la même manière que le pays. A l’ouest, c’est la RFA (République Fédérale d’Allemagne). A l’est, la RDA (République Démocratique d’Allemagne) est un état communiste. De nombreux allemands de l’est vont vivre à l’ouest car la vie y est meilleure. Pour empêcher cela, les soviétiques construisent le mur de Berlin le 13 août 1961. Ceux qui essayent de le franchir sont tués. La chute du mur a lieu le 9 novembre 1989 et la réunification de l’Allemagne en octobre 1990.

A Berlin, des plaques ou des lignes au sol rappellent son emplacement.

 

berliner-maer-avec-pieds

deux-côtés-mur

pied-deux-côtés-mur

Non loin de Checkpoint Charlie, des morceaux de murs, décorés par des artistes, sont exposés.
berliner-maer-street-art-1

berliner-maer-street-art-2

berliner-maer-street-art-3

berliner-maer-street-art-4

berliner-maer-street-art-5

berliner-maer-street-art-6

berliner-maer-street-art-7

J’espère que cet article vous a plu.

A bientôt !

Marie

[BERLIN] : La porte de Brandebourg

Coucou !

J’espère que vous allez bien. Aujourd’hui, cinquième article sur Berlin dans lequel je vous parle de la porte de Brandebourg.

 

La Porte de Brandebourg (Brandenburger Tor) a été érigée par Carl Gotthard Langhans pour le roi de Prusse Frédéric Guillaume II. Elle a été construite de 1788 à 1791 et est de style néoclassique. Elle mesure vingt-six mètres de haut, soixante-cinq mètres et demi de large et onze mètres de profondeur. Pendant la division de la ville par le mur de Berlin, elle a représenté la limite entre les deux zones. Elle faisait partie du No man’s land, une zone surveillée entre deux murs faisant partie de Berlin-est où personne ne pouvait aller. Cela servait à limiter le passage des berlinois de l’est à Berlin-ouest.

porte-brandebourg-1

porte-brandebourg-2

 

En 1793, un quadrige fait par Johann Gottfried Schadow est ajouté au sommet de la porte. Il représente la déesse de la Paix sur un char tiré par quatre chevaux. Il est fait en cuivre. En 1806, alors que Napoléon Bonaparte pille Berlin de ses richesses, le quadrige est emporté à Paris. Après la chute du premier empire, il retourne à Berlin. Il est alors restauré et modifié (des ailes sont ajoutées à la déesse qui devient la déesse de la Victoire et un aigle prussien et une croix de fer cernée d’une couronne de laurier sont ajoutés au sceptre). Lors de l’ouverture du mur en 1989, le quadrige est endommagé. Depuis, celui présent au sommet de la porte n’est qu’une copie en plâtre.

porte-brandebourg-3

 

Même si elle a représenté la division de la ville pendant de nombreuses années, la Porte de Brandebourg est aujourd’hui le symbole de la ville. On peut la retrouver sur les pièces de monnaie européenne.

Elle est située entre la Pariser Platz (à l’est) et l’avenue du 17 juin (à l’ouest).

porte-brandebourg-5

porte-brandebourg-4

 

 

J’espère que cet article vous a plu ! N’hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires.

A bientôt !

Marie

[BERLIN] : Le palais du Reichstag

Coucou !

J’espère que vous allez bien. On se retrouve après presque deux mois d’absence pour le quatrième article de ma série sur Berlin. Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler du palais du Reichstag.

Le palais du Reichstag a été fait par l’architecte Paul Wallot et inauguré en 1894. Jusqu’en 1933, il a abrité le Reichstag (l’assemblée du Reich). En 1933, après la prise du pouvoir par Hitler, le bâtiment est incendié par les nazis. Ils utilisent ensuite ce prétexte pour persécuter les opposants politiques. En mai 1945, le Reichstag représente la victoire des Alliés grâce à la photo ci-dessous. On y voit des soldats de l’armée soviétique planter le drapeau de leur pays au sommet du bâtiment.

Allemagne, Berlin. 2 mai 1945. Le drapeau rouge flotte sur les to”ts du Reichstag
Photo prise par Evgueni Khaldei le 2 mai 1945.

Durant la séparation de la ville par le mur de Berlin, le bâtiment fait parti de Berlin-ouest. Le mur passe au pied de celui-ci. Entre 1961 et 1973, le palais est rénové (sauf la coupole, détruite pendant la guerre). En 1995, la coupole de verre, oeuvre de l’architecte Norman Foster, est reconstruite. Depuis 1999, le palais du Reichstag abrite le Bundestag, l’assemblée parlementaire de la République Fédérale d’Allemagne.

Depuis sa construction, il est possible de visiter la coupole gratuitement. Attention tout de même, il vous faudra réserver à l’avance par Internet ou sur place. Lors de mon voyage à Berlin, je suis allée la visiter. Elle est faite de verre et d’acier. L’architecte a imaginé un coupole moderne, tout en respectant le bâtiment existant. Il a également intégré des technologies permettant de réduire la consommation d’énergie. Tout autour du dôme, il est possible de se balader, et même d’en atteindre le sommet. Au centre de la coupole, une colonne centrale est recouverte de trois cent soixante miroirs. Cela permet de renvoyer la lumière dans la salle plénière, où l’on peut parfois apercevoir le débat des députés.

 

Le palais du Reichstag : 

reichstag-1

reichstag-2

reichstag-3

 

La coupole : coupole-1

coupole-2

coupole-3

coupole-4

coupole-5

coupole-6

coupole-7

 

 

J’espère que cet article vous a plu ! N’hésitez pas à me donner votre avis dans les commentaires.

A mardi !

Marie

[BERLIN] : Anne Frank Zentrum et Street art

Coucou,

J’espère que vous allez bien. On se retrouve pour le troisième article de la série sur Berlin. Aujourd’hui, je vais vous parler du centre Anne Frank et vous montrer quelques photos de Street Art prises dans la rue où se trouve le centre.

Durant mes années collège, j’ai lu Le journal d’Anne Frank à deux reprises. J’avais été très touchée par ce journal intime, notamment parce que j’avais le même âge qu’elle à cette époque. Ainsi, je m’identifiais facilement à elle. De plus, contrairement aux cours d’histoire, c’est vraiment concret et raconté par quelqu’un qui l’a vécu au quotidien.

livre-anne-frank

 

C’est pour ça que quand j’étais à Berlin, je voulais vraiment aller au Anne Frank Zentrum (Centre Anne Frank). Il y avait beaucoup de photos d’elle et de sa famille, des affaires lui ayant appartenu, et son carnet (qui n’est qu’un fac-similé, l’original étant exposé à la maison Anne Frank, à Amsterdam, où elle a vécu pendant l’occupation nazie), ainsi qu’un film qui racontait son histoire. C’était assez émouvant.

J’aimerais un jour visiter l' »annexe », l’endroit à Amsterdam où elle a vécu clandestinement durant l’occupation des Pays-Bas par les nazis.

billet-afzentrum
carnetaf etoilejuiveaf

 

La rue où se trouve le centre est remplie d’oeuvre de Street Art. En voici quelques-une :

tagaf tag-aigle tagchaussure tag-chien tag-creature tag-femme tag-femme-cheveux-rose taghibou tag-visage visage

 

 

J’espère que cette série d’articles vous plaît. N’hésitez pas à commenter et/ou à partager l’article sur les réseaux sociaux. 🙂

A bientôt !

Marie

[BERLIN] : Les stolpersteine

Coucou,

On se retrouve aujourd’hui pour le deuxième article de ma série sur Berlin. Vous pouvez retrouver le précédent sur le mémorial aux juifs assassinés d’Europe en cliquant ici.

Dans cet article, je vais vous parler des stolpersteine. Ils ont été créé par l’artiste berlinois Gunter Demning. Ils ont pour but d’honorer les victimes du nazisme. Mais en fait … qu’est-ce-que c’est ? Ce sont des petits pavés d’environ dix centimètres de côté, enfoncés dans de sol. La partie visible du dé est recouverte de laiton et est gravée. Chaque pièce est faite en mémoire d’une personne déportée à savoir un juif, un homosexuel, un handicapé, un opposant au régime nazi ou autre. Elle est placée devant le dernier domicile de la victime. Devant certains immeubles, plusieurs pavés sont présents et représentent la déportation d’une famille entière (avec les parents et les enfants (certains en très bas âges)).

Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous, il est écrit, en haut du pavé, « HIER WOHNTE » qui signifie « ICI HABITAIT », suivi du nom de la personne déportée, de sa date de naissance et de l’historique de sa déportation (avec les dates et les lieux).

stolperstein

Ces stolpersteine sont présents en Allemagne, mais aussi dans d’autres pays d’Europe. Il y en a à peu près dix-sept mille en Allemagne.

J’espère que cet article vous aura intéressé. C’est en effet, en arpentant les rues de Berlin, que j’ai découvert l’existence de ces pierres. J’en ai rencontré dans plusieurs quartiers et m’étais donc renseignée à ce sujet. Je trouvais donc intéressant de partager cela avec vous. N’hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires et/ou à partager l’article sur les réseaux sociaux ! 🙂

A mardi prochain pour la suite !

Marie

[BERLIN] : Mémorial aux juifs assassinés d’Europe

Coucou,

On se retrouve pour le premier article de ma série sur Berlin. Les trois premiers articles auront un rapport avec la Shoah.

Tout d’abord, commençons par un petit rappel historique. En 1933, alors que l’Allemagne est au plus bas avec un fort taux de chômage, Hitler arrive au pouvoir à la suite d’élections. Mais rapidement, l’Allemagne se transforme en dictature. Les allemands handicapés physiquement ou mentalement, ainsi que les personnes de « races inférieures » telles que les juifs, les slaves et les tziganes sont considérés comme une menace pour la race « aryenne ». De 1933 à 1939, les juifs sont exclus progressivement de la population et persécutés. Par exemple, certaines professions leurs sont interdites (comme médecin). Ils sont ensuite obligés de porter une étoile jaune sur leurs vêtements afin d’être reconnus. Vers le milieu de l’année 1941, tout s’accélère et la « solution finale » se met en marche en Europe. En 1942, lors de la conférence de Wansee, il est décidé des derniers détails. Les juifs sont alors déportés vers des camps de concentration, où ils travaillent au service du Reich dans des conditions déplorables et meurent souvent de faim ou de maladies, ou des camps d’extermination, où des méthodes industrielles tel que la chambre à gaz sont utilisées. Au final, entre cinq et six millions de juifs, soit les deux tiers des juifs d’Europe, sont tués par les nazis.

Dans cet article, je vais vous parler du mémorial aux juifs assassinés d’Europe, aussi appelé mémorial de l’Holocauste. Il est situé à deux pas de la porte de Brandebourg, dont je vous parlerai dans un futur article. Il a été construit par l’architecte américain Peter Eisenman et inauguré en 2005. Il est composé de 2711 stèles en béton rangées de manière régulière tous les 95 cm, mais de hauteurs différentes. Sur celles-ci sont gravées les noms des victimes de la Shoah. En dessous de ce mémorial se trouve un centre de documentation sur l’holocauste. C’est assez impressionnant, on peut circuler entre les stèles.

mémorial-holocauste-1 mémorial-holocauste-2 mémorial-holocauste-3

J’espère que cet article vous a plu. N’hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires et à partager l’article sur les réseaux sociaux !

A bientôt !

Marie

[BERLIN] : Introduction

Coucou,

J’espère que vous allez bien ! J’ai décidé de me replonger dans mes anciens voyages pour partager avec vous quelques photos et lieux qui m’ont plus. Depuis que je suis petite, je pars chaque été avec mes parents et ma petite sœur pendant environ deux semaines. On a d’abord visité plusieurs endroits de France (par exemple : la Corse, la Bretagne, et beaucoup d’autres). Mais, depuis quatre-cinq ans, on va à l’étranger visiter une capitale européenne. Comme vous le savez (si vous lisez mon blog), l’année dernière c’était Lisbonne.

Je vais vous parler à travers une série d’articles du voyage que nous avons effectué durant l’été précédent (été 2013 donc). Nous sommes partis à Berlin (comme vous l’aurez compris avec le titre de l’article) pendant dix jours. Je pense que, pour l’instant, c’est la capitale que j’ai le plus aimée ! 🙂 Ce qui m’a plu dans cette ville c’est la trace du passé et le mode de vie des Berlinois. C’est une ville dont on a tous beaucoup entendu parler pendant les cours d’histoire. Visiter ces lieux dont on connaît le passé et dont on a vu des photos dans les livres est vraiment très émouvant et enrichissant. De plus, j’ai beaucoup accroché à leur mode de vie qui est très différent du nôtre. Par exemple, on peut manger à toute heure, notamment dans la rue. J’adorais manger des currywurst (ce sont des saucisses servies avec du curry et du ketchup. C’est délicieux !!) à toute heure. Aussi, même si les allemands semblent sévères au premier abord, ils sont très gentils et toujours prêts à aider les touristes. Ils ont aussi l’air d’être plus zen que les français. Toutes ces raisons font que j’ai vraiment beaucoup aimé cette ville, où il a l’air de faire bon vivre. J’espère que mes articles vous donneront envie d’aller la visiter ! 🙂

 

Comme cet article sur Lisbonne, celui-ci regroupera les liens vers tous les articles de cette série sur Berlin, dès leurs publications :

Article 1 : Mémorial aux juifs assassinés d’Europe.

Article 2 : Les stolpersteine.

Article 3 : Anne Frank Zentrum et Street art.

Article 4 : Le palais du Reichstag.

Article 5 : La porte de Brandebourg.

– Article 6 : Le mur.

 

J’espère que tout ce blabla ne vous aura pas trop ennuyé. Le premier article de la série arrive lundi !

N’hésitez pas à commenter et/ou partager ces articles !! ;)

Marie